SAMEDI 25 JUIN
( Soirée gratuite )
ouverture des portes 17h30

SAMEDI 25 JUIN - 20h30

"En exclusivité Suisse"

MICHEL FUGAIN

50 ans !... et des brouettes. Trop long ! Si on lui avait dit à ses débuts, en 1966, que 50 ans plus tard, il serait encore sur scène, dans la lumière, chantant toujours, et toujours aussi passionné par ce qui n’était au départ qu’un pari, un passe-temps puis peu à peu un métier, il aurait explosé de rire... parce que tout ça n’est pas sérieux. Et pourtant en 50 ans il a tracé un chemin tellement atypique ! 50 ans de chanson certes, mais pas que. 

Pour faire court : il quitte Grenoble en 1963 pour devenir assistant ré-alisateur. La rencontre avec quelques apprentis comédiens dans un cours de comédie va changer le cours des choses quand la bande de copains décide de faire les chansons de l’un d’entre eux, celui qui deviendra un jour Michel SARDOU. Ce Michel en question va donc faire son premier disque en 65 et Michel FUGAIN, lui, va très vite délaisser le cinéma pour la chanson car « il adoré faire ça », et a découvert ce faisant qu’il était un mélodiste (Il vous dirait « un type qui est doué pour faire des airs »). 

Cette aventure commence en faisant des chansons «pour les autres» (Hugues Aufray, Dalida, Hervé Vilard...) en tant que compositeur d’édition. C’est en présentant une chanson pour Marie Laforêt que le destin bascule une fois de plus. Le directeur artistique de Marie lui propose d’enregistrer un disque lui-même. À partir de là, c’est un autre épisode qui commence et qui n’est pas encore fini. Premier disque en 66, première «année sabbatique» en 69 pendant laquelle il écrit avec Pierre Delanoë «Un enfant dans la ville», un essai de comédie musicale qui va déboucher sur l’envie de créer une troupe. Elle existera en 72 et s’appellera Le Big Bazar. Cette période-là dépasse tous les entendements. La troupe va remporter un succès hors du commun (4 mois à l’Olympia de Paris par exemple), Fugain va composer un nombre incroyable de chansons qui vont stratier et qui sont toujours d’actualité, et va apprendre son métier, dit-il, à raison de 8 mois de tournée par an. Inracontable en quelques lignes cette épopée va durer 5 ans, de 72 à fin 76. 

Après un gros événement au Havre dans le cadre de «Juin dans la rue mois de la jeunesse» où une troupe composée d’éléments du Big Bazar et quelques autres (dont Roland Magdane) avait animé la ville pendant trois mois et un spectacle dont 800 havrais étaient les acteurs, naîtra l’été suivant La Compagnie Michel Fugain qui fera du théâtre musical, sur des canevas façon Comedia del arte à laquelle la troupe avait été formée par Philippe Léotard, à l’époque transfuge du Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine.
Le 28 novembre 1978 : fin des troupes ! Michel Fugain fera le chanteur dans un schéma plus classique. Il ouvrira un atelier-école à Nice, dans les Studios de la Victorine. Sorte de Workshop dont il est un des animateurs (et dont sortira - entre autres - une certaine Mimie Mathy). Ce sont - dit-il - les trois plus belles années de sa vie. 

Puis, complètement vidé, il fait un break de cinq ans pour revenir en 86 avec une forme d’innocence, un enthousiasme intact et une énergie toute neuve... et il écrira Viva la vida. À partir de là, Michel Fugain enchaîne les scènes parisiennes, les tournées et les studios durant 14 ans. 

Soudain vient s’ajouter un cataclysme familiale... Aucun papa ne devrait voir partir un de ses enfants... L’homme est fragile... Bref ! Comme pour un miroir brisé, 7 ans de malheur. Mais le bonhomme a la vie chevillée au corps. Comme pour boucler sa boucle, il commence à imaginer une bande. Une bande de musiciens. Ses pairs. Improbable. Réunir des vrais bons musiciens qui sont tous des «lonesome cowboys» n’est pas chose facile. Il faut montrer patte blanche. Mais parce qu’il est ce qu’il est, ça marche au-delà de toute espérance. La bande s’appelle PLURIBUS et part en tournée pendant quatre ans. 

Pour ses 75 ans en Mai 2017, la jeune génération lui rend hommage en reprenant ses plus grands succès dans l’album « Chante la vie Chante ». En 2018, Michel Fugain repart en tournée avec Pluribus dans une formule plus légère (5 musiciens et 2 choristes). Il propose aussi sa « Causerie musicale », un concept à part, techniquement plus modeste imaginé comme des rencontres conviviales, divertissantes et interactives, illustrées par des chansons et des anecdotes. 

Pour fêter son retour après un an et demi de rien pour cause de pandémie, Michel Fugain a voulu aller à l’essentiel. Le concept de « Fugain fait Bandapart », c’est de faire simple, sans falbala, pour que les émotions restent intactes. Des incontournables, des éternelles et des inédites pour un spectacle qui a toutes les chances d’évoluer encore et encore...tant que Michel Fugain sera vivant ! 

Le samedi 25 juin, c’est la fête, oui la fête, au Red Pigs Festival

www.redpigsfestival.ch, Payerne,

SAMEDI 25 JUIN - 23h00

LES PETITS CHANTEURS A LA GUEULE DE BOIS 

Juste quelques mots posés les uns à côté des autres et déjà toute une histoire. Un brin d’humour grinçant, une douce irrévérence, mais aussi une solide dose de tendresse et de bonne humeur.

 

Derrière ce nom se cachent trois musiciens passionnés, trois personnages fort différents, qui, une fois réunis, mettent leur énergie en commun pour donner vie à des chansons pleines d’humour, de fraîcheur et de franchise.

 

Les Petits Chanteurs à la Gueule de Bois chantent en chœur en s’accompagnant d’une contrebasse, d’une guitare, d’une batterie et tour à tour, d’un banjo, d’un accordéon ou d’un harmonium.

 

Ils distillent une musique festive, insolente et teintée de franche camaraderie. Le répertoire est original, les paroles en français, les prestations généreuses et le plaisir au rendez-vous.

www.redpigsfestival.ch, Payerne,